Que planifie l’Empire pour le pauvre Justin Trudeau?

Matthew Ehret / le 8 mars de 2014

Traduit par Danny Costa-Carvalho

Lorsque Justin Trudeau, Membre de la Chambre des Communes, déclara sa candidature pour la direction du Parti Libéral et présenta à la même occasion son cercle de conseillers, il était facile de constater qu’il partait du mauvais pied. Deux de ces conseillers ont fait déclencher le signal d’alarme, le premier étant nul autre que Ted Johnson, qui fut non seulement l’adjoint exécutif du  père de Justin Trudeau, mais également le vice-président de Power Corporation de Paul Desmarais durant les années 90, qui tenta de réduire les dommages du désastreux programme de l’ONU « UN Food for Oil (Nourriture contre Pétrole) ».

Se joignant à Johnson, nous avons le vieux partenaire de débat de Justin Trudeau à l’Université McGill, Gerald Butts, antérieurement Secrétaire principal pour le Premier Ministre de l’Ontario, Dalton McGuinty, d’où il avait supervisé la désastreuse initiative des énergies vertes du Gouvernement McGuinty. Les qualifications de Butts pour son travail en Ontario reposaient largement sur le fait qu’il était et demeure jusqu’à aujourd’hui le PDG du World Wildlife Fund Canada (WWFC). Le WWF malthusien fut fondé par le Prince Philip, Sir Julian Huxley et le Prince Bernhard des Pays-Bas en 1961, faisant partie des politiques de l’Empire britannique visant à «rendre ce qui est inconcevable, concevable de nouveau (unthinkable once again become thinkable)» comme l’avait écrit en 1946 Sir Huxley dans son document fondateur de l’UNESCO [1]. L’inconcevable, c’est bien sûr, «l’importante science de l’eugénisme», qui, selon l’opinion de ces oligarques, reçut une publicité horrible à la suite de l’échec de leur «projet Hitler» (entrepris largement par une initiative de la City de Londres et Wall Street, et sous son contrôle jusqu’en 1937). Cela n’est pas une coïncidence si le Prince Bernhard, un ancien officier nazi, est également le fondateur de l’infâme Conférence Bilderberg, qui débuta en 1954 pour mettre de l’avant un nouvel ordre mondial et la dépopulation. Par ailleurs, Ted Johnson et Gerald Butts furent tous deux des invités à ces conférences en 1983 et en 2007.

Le WWF Canada avait reçu de nouveaux pouvoirs en vue d’influencer la politique nationale par l’intermédiaire de la révolution du “reverdissement du Canada” de Pierre Elliot Trudeau, de 1968 à 1984. Ces réformes, qui inclurent la création d’ Environnement Canada, des tonnes de lois vertes (écologiques), et des nouveaux systèmes d’appui financier pour des ONG comme le WWF, le Nature Trust, et le Conservation International, eurent un impact dévastateur en entravant tout projet de développent au Canada tout en représentant une attaque frontale envers un sens universel d’optimisme que la mission sur la Lune d’Appollo par la NASA représentait à l’époque, spécialement pour les Canadiens qui était fiers de la participation de leur Agence Spatiale Canadienne à ce grand projet.

Durant l’ère Pierre Elliot Trudeau, ces programmes servaient de tactiques pour freiner le développement du Canada en tant qu’état-nation souveraine d’une part, et de l’autre garder le pays dans une dynamique libre-échangiste contrôlée par la Power Corporation, une dynamique d’exploitation des ressources vendues à un prix comblant à peine le coût d’exploitation minière, comme le démontrent les politiques monstrueuses de l’ALÉNA (Accord de Libre-Échange Nord-Américain).

Chaque grand dirigeant du Parti Libéral depuis Pierre Elliot Trudeau ont un lien direct avec Power Corporation. Cela inclut aussi le conservateur Brian Mulroney, qui a récemment contribué à la création du Asia Power Corp., qui vise à contrôler le marché énergétique de l’Asie. Cette liste de récents dirigeants libéraux inclut Jean Chrétien, Paul Martin, et aussi tout récemment l’intérimaire du partie libéral Bob Rae, dont le frère, John Rae, sert en ce moment Power Corp en tant que vice-président exécutif, et fut aussi le bras droit de Paul Desmarais avant le décès de celui-ci en 2013. Paul Desmarais avait aussi été membre du Conseil privé de son Altesse Royale, la Reine Elizabeth II.

À la lumière de ces révélations, le Parti Libéral ne devrait pas se faire séduire par le pouvoir de séduction de l’idole Justin, et devrait plutôt créer un leadership compétent qui a plus de substance pour prendre en charge le rôle important de diriger le Canada vers l’avenir.

[1] Julian Huxley, UNESCO: Its Purpose and Its Philosophy, 1946. À la page 21, on peut y lire : « Bien qu’il soit assez vrai que toute politique d’eugénisme radicale sera pendant plusieurs années politiquement et psychologiquement impossible, il sera important que l’Unesco fasse en sorte que le problème de l’eugénisme soit examiné avec le plus grand soin, et que le public soit informé des problèmes qui sont en jeu, pour que ce qui est inconcevable en majeure partie en ce moment puisse ainsi au moins devenir concevable)».

8 mars, 2014 dans le Numéro 11- mars-avril 2014.